Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 09:29

P 'tit rdv entre potes pour se tirer dessus !!!

Je vous propose de se retrouver vendredi 29 fev pour une partie de lasergames a plan de campagnes. rdv a 19h30 pour une premiere seance à 20h00 et une deuxieme vers 20h40 et peut etre une belle plus tard !!!

 

Cyril.

C'est quoi Le Laser Game?

C' est une simulation de tir où plusieurs joueurs s’affrontent pour gagner le maximum de points en touchant le plus possible les plastrons adverses sans tirer sur ses coéquipiers.

Les parties se déroulent dans un labyrinthe aménagé sur plusieurs niveaux. Les meurtrières et miroirs qui parsèment l’aire de jeu vous permettront de réussir bon nombre de tirs par surprise mais, attention à ce que cela ne se retourne pas contre vous !

infos :

www.lasergames-evolution.com

 

 

Repost 0
Published by Jack & Cyril - dans Sport
commenter cet article
15 février 2008 5 15 /02 /février /2008 08:55

EXPO PHOTO "Berlin In et Off"
par Audrey Roumens

à la Passerelle
26 rue des trois Mages - Marseille 6ème

Tous le mois de mars
à partir du 1er mars de 15h30 à 18h

Recommandé par Alain Artus

Repost 0
Published by Emmanuelle - dans Culture
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 15:23

Nous sommes heureux d’annoncer la création à Marseille et Aix-en-Provence de la pièce ELLE ET LUI DANS DE BEAUX DRAPS écrite par GUY CORNEAU.

Psychanalyste diplômé de l'Institut Carl Gustav Jung de Zurich, Guy Corneau est l'auteur de cinq best-sellers : Père manquant, fils manqué, N'y a-t-il pas d'amour heureux ?, La guérison du cœur, Victime des autres, bourreau de soi-même et Le meilleur de soi.

Conférencier de réputation internationale, il a donné des centaines de conférences et animé de nombreux ateliers de développement personnel dans divers coins du globe.

Pourtant, peu de gens savent que la carrière de Guy Corneau a commencé au théâtre. Fondateur et directeur de la troupe Organisation Ô, un collectif de création, il a écrit, joué et mis en scène plusieurs pièces au Québec dans les années 70.

La création de la pièce Elle et lui dans de beaux draps, à l’invitation du Théâtre 16-19 de Marseille, prolonge tout naturellement son intention d’allier la compréhension psychologique et l’expression artistique.

Cette comédie se veut une réflexion sur la relation homme-femme et sur la vie de couple au quotidien.

Les représentations auront lieu :

À Marseille
Les mardis 5, 12, 19, 26 février 2008 à 20h45 au Quai du Rire
Du 12 au 15 mars et du 19 au 22 mars 2008 à 20h30 à La Petite Comédie

À Aix-en-Provence
Tous les lundis de janvier, février et mars 2008 à 20h45 au Flibustier

PS : Corinne y va mardi prochain...

Repost 0
Published by Emmanuelle - dans Théatre
commenter cet article
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 09:05

Whoua !!! Nom de Diou !!! C’est quoi ce truc ? C’est quoi cet OVNI ?!? C’est à vous que je parle, oui, vous, ceux qui savent mettre leurs cerveaux en position off, ceux pour qui « Blair Witch Project » a été un souvenir mémorable de trouille viscérale et « Godzilla » un film ultra généreux à défaut d’être intelligent… Les autres, bah, on va pas leur mentir, « Cloverfield » n’est pas franchement pour eux…

On va faire rapide ( mais efficace ) sur les présentations : Matt Reeves, le réalisateur ( et aussi scénariste de « The Yards » de James Gray, ça vous en bouche un coin, non ? ), n’a pour l’instant tourné que pour le petit écran, et c’est certainement là que notre p’tit gars a du croiser M. J.J. Abrams, vous savez, le producteur derrière « Lost », la série qui fait tripper même si on ne comprend plus rien dés la 2nd saison. Et tous les deux, un jour, ils se sont dit : « Et si on lancé un super buzz sur le web ? On parle d’un gros truc qu’on sait pas ce que c’est qui détruit Manhattan, et si ça marche, on écrit l’histoire après, t’en penses quoi ? ». L’autre a certainement dit : « Super !!! », et c’est comme ça qu’avant même les premières images, le film était déjà certain de rentrer dans ses sous… Mais quel film ! Bon, alors, c’est certain, le trois quart du temps, on se fait un peu chier. La présentation des personnages est ultra lente et conventionnelle : déjà que les histoires de cœur à la sauce américaine me font chier filmées en cinémascope et 35 mm, alors en DV style « film souvenir », j’vous raconte pas… Mais lorsque ENFIN ça déboulonne de partout, lorsque Manhattan est à feu et à sang, nom de diou de nom de diou !!! Allez, ça prend peut-être 15 min sur l’ensemble du film, c’est sûr, c’est trop peu, et c’est aussi le principal défaut du film, tant le reste est plat et sans psychologie, mais je vous jure mes grands Dieux, que je serais prêt à payer 10 € uniquement pour voir sur grand écran uniquement ces purs instants de bonheur. Parce qu’on n’a jamais vu ça. JAMAIS. Et j’irai même plus loin : prenez votre ticket, et allez bouffer une crêpe. Revenez dans la salle au bout d’une heure, juste pour voir la scène de l’évacuation en hélicoptère. Moi, j’en frémis encore, j’ai cru que j’allais pleurer dans mon siège, parce que Reeves et Abrams m’ont enfin filé LE plan que je rêvais de voir, le truc EN-OR-ME qu’aucun autre réal’ n’avait réussi à faire ( sauf peut-être Gans dans « Silent Hill » ) : une vision de l’enfer sur Terre…

Mais là où le film ( en tant qu’objet, pas en tant qu’œuvre ) est encore plus intéressant  c’est qu’il est un instantané de l’Amérique de nos jours. Petit court ( tout petit ) d’histoire…

En 1954, le Japon, par le biais du réalisateur Ishirô Honda, enfante de « Godzilla », exorcisme kitsch des horreurs de Hiroshima et Nagasaki, aujourd’hui ancré dans la culture nippone. Même si le cinéma américain avait déjà abordé le 11/09 dans ses films, il ne l’avait jusqu’alors jamais fait de manière si évidente, si digérée. La scène de la première attaque semble littéralement pompée sur ces images traumatisantes des passants errants dans les rues tels des zombies recouverts de poussière, que la télé nous avez transmises en boucle. Et à cela J.J. Abrams rajoute une couche en multipliant les allusions aux médias, avec ces gus qui, en pleine catastrophe, sortent leurs téléphones portables pour ne rien manquer. Non pas que le réal’ soit un auteur qui s’érige en messager, mais on ne peut nier que le film reflète peut-être mieux que beaucoup d’autres le malaise toujours immense causé par l’horreur du terrorisme, comme ce fut ( et c’est toujours d’actualité ) le cas avec les bombes et le Japon.

Enfin, bon, le film reste quand même une bonne grosse série B, toute flagada niveau psycho, mais je vous promet que 15 minutes de cette trempe, avec en plus un final assez loin des éternels happy ends, ça vaut bien 1 heure de glandouille… Putain de putain de putain de 15 min !!!!

Repost 0
Published by Alain Cochois - dans Cinéma
commenter cet article
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 22:11

« Coup de poing . Sous la forme d'une fiction documentaire, les minutes d'une rare violence d'une journée de tuerie des marines américains en Irak. ». Ca, c’est l’Humanité qui l’a écrit, ce qui donne le ton de l’emphase de plusieurs critiques pour « Battle for Haditha ». J’ai déjà, il y a quelques temps de cela, dit tout ce que je pensais de l’empressement de certains à crier au génie devant des films pourtant bourrés de défauts. Et voilà que je suis obligé de remettre ça. Ce film ne m’inspire pas de critique, il n’a rien de suffisamment consistant à analyser. C’est fatiguant, un mauvais film… Alors on va s’appuyer sur ce petit bout de texte de l’Huma…

« Coup de poing ». C’est facile apparemment de donner un uppercut : de la violence picturale suffit. Comme lorsqu’on avait essayé de nous vendre  « The Great Ecstasy of Robert Carmichael » comme le nouveau « Orange mécanique ». Je me suis rarement autant fait chier pendant un film… Alors, non, les gars, des tripes à l’air, des enfants abattus, des rafales de M-16, c’est pas de la violence, c’est un grand jeu vidéo, c’est une fausse distanciation qui ne cache qu’un manque profond de psychologie. Sur le même sujet ( la guerre en Irak ), la visite de la morgue dans « La vallée d’Elah » était vingt fois plus violente. La tuerie du village vietnamien de « Platoon » faisait, elle, réellement froid dans le dos. Là, on ne voit que des cons de GI tuer des irakiens si mal joués auparavant qu’on en est même pas touché. La violence seule n’apporte rien de plus que du sexe dans un film porno, et certainement pas de la réflexion.

« Sous la forme d’une fiction documentaire… ». Là, je m’énerve encore plus. Dîtes, les gars, vous avez déjà regardé des films de Watkins ? De Greengrass ? Et vous osez mettre ce truc tout vide dans le même panier ? Les faux docu, ou les films historiques tournés comme des docus, sont des œuvres qui nécessitent un équilibre quasi parfait entre distance de la caméra ( faire oublier au spectateur qu’il y a une caméra ), jeu des comédiens ( arriver à être naturel au point de ne plus jouer, mais d’ETRE le personnage ), et confusion ( la vraie vie est faite de brouhaha, de silence, de gens qui se coupent la parole, de manque d’explication ). Rien de tout cela n’est dans « Battle for Haditha ». Rien. Je vais envoyer un DVD de « Punishment Park » de Watkins et de « Vol 93 » de Greengrass à l’abruti qui a osé écrire cette petite phrase dans l’Huma, histoire qu’il se rappelle un peu ce qu’est le cinéma vérité, ou qu’il complète sa culture…

Je dois paraître particulièrement prétentieux ce coup ci. Mais je suis désolé : des réalisateurs ont mis la barre très haut niveau réalisme. Quant à la violence, à la folie des hommes, matez vous « Funny Game » d’Haneke. Et pour les méfaits des GI, on va faire facile, « Platoon », voire, tiens, ce petit film sans prétention sorti en 1981 de Walter Hill, « Sans retour », où une bande de bidasse se croit un peu trop pleine de pouvoir lors de ses manœuvres en Louisiane, et se retrouve prise en chasse par les « péquenots » du coin. Et il y en a des dizaines d’autres, que certains journalistes oublient, se gargarisant de films tout juste sortis. Tout ça pourquoi ? Parce que parler des méfaits des GI et des terroristes, c’est vachement bien de nos jours, c’est très rebelle, trop fort mon gars, toi, tu oses parler. Ben apprends avant de le faire. Tes terroristes n’ont aucune complexité ( les motivations réelles des apprentis terroristes sont débités texto, comme çà, style « ils font trop chier ses américains, j’aime pas Al Qaïda, mais comme ils sont trop cons ces américains, ben je vais les faire sauter » ), tes GI sont déjà assoiffé de sang au début du film ( avant de partir en mission, ils se crient dessus, se tapent dans les mains en hurlant « On va buter du fuckin’ insurgés », putain, plus fort que dans « Starship Troopers » ! ), tes irakiens sont tout mous devant l’approche du danger ( après avoir vu les terroristes enterrer leur bombe devant chez eux, une femme dit à une autre : « On va quand même faire la fête ? », et l’autre de répondre : « Ben oui, faut bien vivre ». Fin de la problématique du silence. Whoua, trop fort… ). Et ce type de films fait beaucoup de mal à la tentative de décryptage de la violence des VRAIS réal’.

Demain, je vais filmer le gars qui fait le ménage là où je bosse, et je vais lui demander ce qu’il pense de la guerre en Irak : j’vais certainement me faire plein de fric et passer à Cannes… si j’éventre son chien, il va sans dire.

 

Repost 0
Published by Alain COCHOIS - dans Cinéma
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 15:49

Jeudi 7 février

au Paradox
127 rue d’Aubagne, Marseille

Coût : 5 euros

Repost 0
Published by Emmanuelle - dans Concert
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 15:39

Vendredi 8 février à 22h30

au pub Connolly's Corner
2 av Madrague Montredon - 8ème


J'y vais
Emmanuelle

Repost 0
Published by Emmanuelle - dans Concert
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 14:35

L'Unité de Pharmacologie Clinique et d'Evaluation Thérapeutique (UPCET) de l'Hôpital de la Timone recherche des volontaires pour participer à une recherche biomédicale intitulée :

"Evaluation des effets physiologiques à long terme par la mesure de paramètres anthropométriques et biochimiques d'extraits polyphénoliques d'oignon chez une population en surpoids"

En résumé, il est demandé de prendre pendant 56 jours 2 gélules d'extraits d'oignons (1 le midi et 1 le soir) et de noter pendant 3 semaines non consécutives dans un petit journal de bord remis par le labo tout ce qu'on mange ainsi que les "sensations" ressenties depuis la prise du complément alimentaire. Il y a en tout 4 visites médicales comprenant 3 prises de sang et 2 prélèvements urinaires. Tout ceci est payé 200 € (100 € au milieu de l'étude et 100 € à la fin). Les conditions : avoir entre 18 et 60 ans, être en surpoids (IMC > à 25, vous pouvez calculer votre IMC en cliquant sur le lien

http://www.monpartenairesantepoids.fr/outils-calculette-indice-masse-corporelle.html?PHPSESSID=b51fda744f267858cac3716335733fed) et ne pas prendre de médicaments pour l'hypertension ou le diabète.

Pour s'inscrire, il suffit d'appeler l'UPCET au 04.91.38.46.48.

(ouf !).
Repost 0
Published by Corinne - dans Service
commenter cet article
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 20:28

Cette fois-ci c'est au Au Brady's a partir de 18h30 vendredi 2 !

Repost 0
Published by Jack & Cyril
commenter cet article
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 18:38

Reggae d'Oc en conert

le samedi 2 février 2008
 à L'ARTEA
avenue Cardinal Lavigerie - 13470 CARNOUX


14 € la place

http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Variete-et-chanson-francaises-REGGAE-D-OC---LA-ISABELLA-TOUR-ART2.htm
Repost 0
Published by Emmanuelle - dans Concert
commenter cet article